Interview: Three Blue Teardrops

Logo

Français English

Decembre 2006

Ce trio Hard Rockin' Rockabilly, basé à Chicago, célèbre seon 15e anniversaire en sortant son 4e album, "RUSTBELT TRIO".
THREE BLUE TEARDROPS sont 3 musiciens accomplis jouant un Neo-Rockabilly à l'américaine, à la fois moderne et fidèle à l'esprit original du RnR.
Merci à Dave Sisson pour ses réponses!

THREE BLUE TEARDROPS

1/Peux-tu nous présenter les membres du groupe? C'est le même line-up qu'au début?

Three Blue Teardrops - Pennsylvania Dave
  • Randy Sabo- Batterie, choeurs et cris
  • Rick Uppling- Upright Doghouse Bass et vocaux
  • Dave Sisson - (Moi) sur guitare caisse and vocaux.

C'est le même trio qui a débuté le trio en été 1991. On a joué ensemble, enregistré et réalisé 2 disques entre 1991 et 1994. "One Part Fist" sur le label londonnien Nervous Records et "(Stilletto) Poised in Hate" sur le label aujourd'hui défunt Teen Rebel Records, label de Miami.
A l'automne 1994, Randy a décidé d'arrêter de jouer, pour pouvoir élever sesz enfants avec sa femme. Il a déménagé dans le Michigan et on a perdu contact avec lui. Rick et moi, on allait arrêter le groupe quand on est tombé sur Kevin Lee Myers qui a tenu la batterie pour nous de 1994 à 1999. Pendant cette période, on a pas mal tourné, et on a sorti l'album "Milemarker 26" toujours sur Teen Rebel Rcds.
Par la suite, on a arrêté de jouer avec Kevin, et on a récupéré Randy.

2/ Parlons du passé: vous êtes l'un des 1ers groupes américains à être venu tourner en Europe. Comment c'était à l'époque?

En fait, on n'a pas tourné en Europe. On ne connaissait personne qui aurait pu nous aider à monter ça. On est seulement venu en Angleterre pour jouer quelques shows dans des festivals et dans des clubs, et pour enregister notre album pour Nervous Rcds en 1993.
On était plutôt considérés comme sauvages, dans la scène américaine, avec nos cheveux graissés, nos bottes et nos vestes de cuir de motards et avec notre musique Rockabilly originale, et teintée de Punk. Mais lorsqu'on est arrivé au Big Rumble festival, à Great Yarmouth, on a rencontré tous ces Psycho-billies et ces Punks d'Angleterre, d'Allemagne, de France et d'autres pays d'Europe et du Japon. On a réalisé qu'on ressemblait plus à ces personnages conservateurs à la SHA-NA-NAW, en comparaison avec ces kids et leurs immences tremplins bleus, leurs creepers, leur vestes de Teddy Boys, et tout ça, mais notre musique était vraiment comparable, bien dans leur style, avec en plus ce côté américain de délinquents juvéniles. Je pense qu'on peut dire que la scène était vraiment cool, peut-être un peu fragmentée, mais il y avait beaucoup à apprendre, bien que nous étions trop jeunes et pas assez sobres pour y préter attention. C'était cvertainement un moment mémorable, avec tout autour de nous, plein de personnages légendaires qui se comportaient bizarrement.

Three Blue Teardrops - 1993

3/ Après le 3e album, le groupe a eu une période d'inactivité plutôt longue. Qu'avez-vous fait entre 1999 & 2005?

Oooh... Ca peut être long.

La version courtre, c'est ce qu'il se passe pour la plupart des gens: tout le monde déménage, des gens naissent, d'autres meurent, des gens se marient, des gens divorcent, certains se fachent, puis redeviennent amis, certains sont maladesz, puis ils vont mieux. Si la version longue ne vous intéresse pas, passez directement à la prochaine question ICI.

Accrochez-vous pour la réponse version longue!

En 1997, après notre 3e disque, "Milemarker 26" le groupe a subi une suite d'événements et notre bateau a commencé à prendre l'eau. Le Rockabilly et le Psychobilly sont tombés en disgrace aux USA, au profit du revival Swing. Nous, on portait pas de costume, on n'avait pas de section de cuivres, alors on ne faisait pas partie de la tendance qui se vendait bien. Ensuite, le label a décidé de fermer juste après l'album. Donc, ça signifie qu'on n'a pas pu faire de promotion à la radio pour notre disque, en fait on avait un nouvel album, mais plus de label. Rick et moi, on venait tous les 2 de se marier, et ma femme attendait un garçon. La femme de Rick s'est trouvé un super job en Allemagne, alors il a déménagé en Bavière. Sans Rick à Chicago, j'ai baissé les bras et je suis rentré à Pittsburg début 1998, où j'ai décidé de me retirer de la musique à jamais, et d'élever mes enfants. Par la suite, les relations entre Rick, Kevin et moi sont devenues très tendues au point qu'on ne pouvait plus travailler ensemble. "Le feu était mort" comme ils disaient. Les choses sont restées comme ça pas mal de temps.

Délestés du fardeau d'écrire des chansons qui correspondaient aux Three Blue Teardrops, Rick et moi-même en sommes venus à créer des chansons uniquement pour le plaisir. Pendant que Rick était en Allemagne, il a fait une vingtaine de démos très intéressantes, sur lesquelles il tenait tous les instruments: basse, guitare, batterie, accordéon, et harmonica. La plupart de ces chansons étaient (selon moi) de très bons trucs, mais pas vraiment dans le style des Three Blue Teardrops, mais plutôt des trucs étranges qui me rappelait Stan Ridgeway-Wall of Voodoo. Bon, mais étrange. Il lui est arrivé pas mal de trucs personnels, mais maintenant il a une situation familiale heureuse, avec 3 enfants. Il a toujours affirmé qu'il n'avait aucune envie de sortir ces enregistrements bien que j'aie essayé de l'encourager à faire quelque chose de toutes ces bonnes chansons qu'il a écrite et que je ne voulais pas jouer avec lui au sein des Three Blue Teardrops.

Mon séjour à Pittsburgh a été court, et au lieu de me retirer de la musique, j'ai fait pas mal de trucs, j'ai écrit pas mal de chansons, la plupart dans le style country honkytonk traditionnel, western swing, hillbilly harmony, bluegrass, rockabilly, country bop. Aller contre le vent a toujours été dans ma nature, alors, plutôt que de reformer les Three Blue Teardrops, quand Rick et moi on s'est retrouvé à Chicago en 1999 (pour des raisons indépendantes), j'ai décidé de commencer un groupe de Hillbilly avec 6 musiciens, steel guitar et violon et beaucoup d'harmonies, pour enregistrer les chansons que j'avais écrites. Ce groupe a eu plusieurs ratés audébut, puis il est devenu the Gin Palace Jesters.

Three Blue Teardrops - Rick Uppling

Depuis 1999, the Gin Palace Jesters ont eu tellement de changements de lineups que je ne peux pas m'en souvenir, et a sorti un 1er album qui est sorti sur le label allemand Rhythm Bomb Records label, puis on a finallement eu un lineup plus stable, et on a sorti un 2nd album dans la foulée. On a joué dans beaucoup de festivals, on a ouvert pour des légendes de la musique Country, tourné un peu en Europe, en on embraye par l'Ouest et le Sud Ouest des USA en février/Mars. Dans le groupe, il y a plein de gens talentueux, plein de personalités différentes, on sur scène, on s'habille en hillbilly, et on rend hommage à nos héros du honkytonk, tout en apportant notre touche personnelle.
Au niveau personnel, j'ai failli perdre la vie et j'ai dû me battre pendant 9 mois contre une maladie, le Syndrome Guillain Barre Syndrome (GBS) en 2001 et j'ai été paralysé en dessous du thorax pendant un bout de temps, mais par la suite, j'ai repris le dessus. Ca m'a pris un an de ma vie. Puis mon 2nd fils est né en 2002.

Entre 1998 et 2000, Three Blue Teardrops ont joué très peu de shows, et puis Kevin était un peu dégouté d'attendre que quelque chose se passe, et on s'est engueulé. On a accepté un concert mais on n'avait plus de batteur, alors j'ai rappelé Randy Sabo pour savoir s'il pouvait nous dépanner, et c'est comme ça qu'on a repris contact. Il était parti travailler dans le Michigan en temps que menuisier et pompier volontaire, ou il étaignait des incendies et ramassait des gens blessés dans les accidents sur l'autoroute. Entre temps, il avait aussi eu 3 enfants, et quand on a joué ensemble, la MAGIE est tout de suite revenue. La magie des premiers jours, de 1991. C'est quelque chose que tu ne peux pas définir avec des mots, c'est juste des choses qui se passent, et- c'est pour ça que les gens continuent de venir nous voir jouer.

Kevin Myers a placé son attention dans les arts martiaux depuis 1998, et il est presque instructeur, d'après ce qu'on m'a dit. Il a déménagé en Géorgie avec se femme, et il ne joue plus avec nous, bien évidemment. Mais il sera toujours notre frère, quoiqu'il arrive. On partage avec Kevin des milliers de kilomètres et de souvenirs

4/ Qu'est-ce qui vous a motivé à revenir et à sortir un nouveau CD?

On a joué très peu de show entre 2000 & 2004 avec Randy. Juste quelques uns par an. On arrivait, et on faisait nos vieux titres, nos "oldies". Une sorte de concert greatest hits des Three Blue Teardrops, tu vois? Avec le développement des ordinateurs à la maison et le phénomène MySpace, on s'est soudainement apperçu qu'il y avait plein de gens qui nous écrivaient tous les jours pour nous demander de venir jouer ici ou là. On s'est réuni et on s'est demandé ce qu'on devait faire pour tous ces gens qui aimaient notre musique. On a décidé de sortir un nouveau CD, pour valider et justifier le fait qu'on faisait plus de concerts, et pour montrer que notre créativité n'était pas épuisée. L'âge n'a rien à voir avec la créativité, comme l'a prouvé Johnny Cash qui a été créatif et pertinent jusqu'à sa fin. En tant que groupe, nous on avait aucune envie de n'être qu'un groupe d'"oldies", ou de rester catalogué comme un groupe d'une certaine période. Nous existions depuis 15 ans et nous avons toujours fait de notre mieux pour donner quelque chose de nouveau à notre public, et d'amener noter musique dans des endroits inattendus. C'est juste nous faisant ce que nous savons faire. La plus grande motivation que nous avons, c'est les fans de notre musique qui nous encouragent à continuer de jouer.

Three Blue Teardrops - Rustbelt Trio

5/ Pourquoi avez-vous décidé de réaliser "RUSTBELT TRIO" par vous-mêmes?

On a tous vécu la période, dans le début des années 80, du "Do It Yourself" de la scène Punk et hardcore américaine. Durand nos 15 années en tant que groupe, on a eu pas mal de contacts avec les labels, et le consensus général, c'est que les LABELS CRAIGNENT! Quand le Punk rock américain a commencé, il n'y avait pas de label qui voulait sortir ces groupes hardcore, à la fin des 70's-début des 80's et les groupes de la côte Ouest comme the Descendents avaient leur propre label, et ceux de la côte Est comme Minor Threat s'échangeaient des services et un peu partout, des gens sortaient de très bons trucs par eux-mêmes, sans aucun encouragement (et subissant bien souvent le dédain ou la colère des autres gens de l'époque qui étaient choqués) et des magazines comme "Maximum Rock and Roll" ou "Kicks" avaient des rédacteurs qui écrivaient gratuitement sur la scène, et les magazines pouvaient sortir pour pas cher. TOUT LE MONDE avait une attittude DO IT YOURSELF (DIY). Quelque part, ça a disparu dans les années 90's où être un "Cool Independent" était l'ultime but. Maintenant, tous les groupes veulent revenir sur un gros label, et les kids cherchent à se faire SIGNER. Nous, on dit "FUCK THAT!" En tant que groupe, on ne veut plus de label. On s'est fait baiser par les labels. On a eu des labels qui n'on rien fait pour notre promotion, qui ne nous ont jamais aidés à booker des concerts, ... On s'est fait avoir, et la plus grande leçon, c'est : "VOUS N'AVEZ PAS BESOIN D'ÊTRE SUR UN LABEL POUR ÊTRE UN VRAI GROUPE!" Ils n'apportent aucune valeur.
Le fait d'être indépendant ne diminue en rien ce que tu fais, et le DIY te permet de faire beaucoup plus de choses, vu que tu n'as pas à attendre que quelqu'un le fasse pour toi. La prise de tête d'être indépendant est bien moindre que pour ceux qui dépendent d'un label. Tu es ton propre boss.
La chose qui a vraiment rendu tout ça possible, c'est quand les ORDINATEURS ont permis aux gens qui voulaient nous connaitre de nous contacter. Ca a ouvert un champs pour les indépendants, qui se battaient contre les majors, et on en tire tous les profits. Ne pas être sur un label... Est-ce que ça veut dire que moins de gens auront l'opportunité de nous entendre? Oui, probablement. Est-ce que ça veut dire qu'on n'a pas des milliers de dollars à mettre sur la promotion, pour les radios, etc...? Certainement. Est-ce que ça veut dire que notre musique n'est pas bonne? Non!!! On a fait ce CD pour pas cher, on est parti de rien pour que les gens puissent l'écouter, et peut-être qu'on se fera quelques dollars, mais on l'a fait parce qu'on voulait être créatif, réaliser quelque chose, pas parce qu'on cherche à faire une carrière, ou devenir des rockstars et avoir des pouffs pour nous sucer dans les loges des grandes salles entre les sets, et des lignes de cocaïne. Cette merde, c'est de la connerie. Tout ce qui nous intéresse, c'est de faire de la bonne musique. On aspère que vous aimez ça, que ça vous parle. Décidez par vous même et ne laissez aucune DJ video de multinationale vous dire quoi penser, car il ne passera que ce que son boss lui dit de mettre dans son programme.

Three Blue Teardrops - 1992

6/ Comment décrirais-to votre musique?

Punk Rockabilly. Neo-Rockabilly. Cowpunk. Psychobilly. Americana Roots Roadhouse Rockin' Boot Stompin, Bluesy Beer Swillin' funtime, de la musique pour se marrer et oublier ses problèmes. C'est puissant et c'est rapide, et on crie et on saute beaucoup.

Ca sonne un peu comme...The Paladins, The Sharks, Reverend Horton Heat, Batmobile, The Cramps, oh...je ne sais pas trop. Les listes craignent.

7/ Quelles sont vos principales influences musicales? Quels sont les qrtistes/groupes que vous écoutez?

Il n'y a que 2 sortes de musiques: la bonne et la mauvaise. Nous, on écoute la bonne. Je ne peux pas parler pour les autres, mais je vais essayer de nommer quelques groupes qui servent parfois de point de départ à ce que nous faisons.

  • The Clash
  • The Replacements
  • Stiff Little Fingers
  • The Jam
  • The Stray Cats
  • Buddy Holly and the Crickets
  • The Everly Brothers
  • The Dead Kennedys
  • Marty Robbins
  • The Buzzcocks
  • Gene Vincent and the Blue Caps
  • Scotty, Bill, DJ and Elvis.
  • The Dickies
  • Three Blue Teardrops
    Three Blue Teardrops
    Three Blue Teardrops

    Philip Dougan Photography

    Social Distortion
  • Burnette Brothers Rock and Roll Trio
  • The Long Ryders
  • plein plein d'autres.... Les listes craignent

8/ Generalement, de quoi s'inspirent vos paroles?

Des histoire, l'amour, le sexe, drogue, fêtes, bagnoles, meurtre, colère, peur, femmes, flingues, chaleur, fun, amitié, travail, société, extraterrestres, gangsters, vieillir, naitre, mourir.

9/ Vous aviez fait une vidéo sur "Cadillac Jack": Où peut-on la voir?

Ca a été ressorti par Raucous Records sur une compilation DVD de rockabilly et de psychobillyavec des groupes moderness. On l'avait filmé en 1994 et c'est plutôt marrant à regarder, et putain, c'est pas si mal! Je ne sais pas qui d'autre sera sur le DVD ni quand ça doit sortir.

10/ Vous evnez de la région de Chicago. Comment est le scène Rockabilly ou Psychobilly là-bas?

En vivant dans une grande ville comme Chicago, tu peux facilement oublier à quel point c'est cool d'avoir une si bonne scène locale, comparativement à d'autres endroits qui ne sont pas si vivants. Plus la ville est grande, plus il ya des weirdos, si tu vois ce que je veux dire.... Il y a plein de groupes et plein de scènes fragmentéen et nous on passe de l'une à l'autre. Il y a le public straight-Rockabilly qui aime les trucs traditionnels, quelques uns qui aiment le Neo et le Psycho, puis des straight-Psychos et Punks, pas très loin des sombres Gothiques, il y a aussi les purs Rock'n'Rollers. C'est une question de goût, et personne n'a tort ou raison, mais c'est sur que chacun a ses groupes préférés. C'est une scène assez variée et je vis à Chicago depuis beaucoup plus longtemps que je ne l'avais imaginé, ça veut dire que je ne m'en suis pas encore lassé.

11/ Vous n'avez jamais enregistré de reprise. Est-ce que vous en jouez live, parfois?

En fait, on a enregistré une chanson sur notre CD "Milemarker 26" qui était une reprise d'une chanson de Peter LaFarge song "Stampede." Johnny Cash avait enregistré une version de ce titre pour Columbia Records en 1965 sur le double LP "Johnny Cash sings the ballads of the true west". C'est là qu'on l'a trouvée et c'est la seule reprise qu'on ait jamais faite sur disque. En live, on a fait un tas de trucs différents -et on continue- comme: "Teddy Boy Boogie" de Crazy Cavan and the Rhythm Rockers, "Shame On Me" d'Ersel Hickey, "The Battle of New Orleans" de Jimmy Driftwood/Johnny Horton, "I'm Ready" de Muddy Waters et probablement d'autres que j'ai oubliées, bien qu'on n'en fasse pas tant que ça. On essaye de jouer principalement nos propres chansons

12/ Quels sont vos projets pour l'avenir?

Des projets pour l'avenir? "Le futur n'est pas encore écrit", pas vrai? Essayer de jouer notre musique quand on peut, tourner quand on peut, et enregistrer quand on peut

13/ Derniers mots...

"BIRD" is the word. Nouveau CD: "Rustbelt Trio"
Website at www.threeblueteardrops.com/
Merci à toi pour l'interview. Salut.

Pennsylvania Dave

[ Go Psycho | © 1999 - 2013 | Accueil | Administration | Haut de Page ]